LA PATIENCE …

 In Articles

Je n’ai pas toujours été moi-même très patiente, je vous l’accorde !  J’ai même été voir plus qu’impatiente !  Il a fallu que la patience soit très patiente avec moi pour me voir enfin l’intégrer.

Mais la vie m’a enseigné. À une certaine époque, je ne l’entendais pas ainsi. La vie, elle, elle est patiente ! Elle s’est donc retirée un peu plus loin pour me laisser expérimenter.

L’invincible qui défait toujours tout…

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé fonctionner par défi.  Bien oui, j’étais la téméraire, l’invincible super Nat qui défiait toujours tout, complètement tout. Je me pensais tellement hot !!   Lorsqu’il n’y avait pas de défi dans ma vie, peu importe le domaine, bien je ne fonctionnais pas ! C’était le néant total devant moi.  C’est complètement fou, jeune adulte, j’avais ce talent inné pour me placer en situation extrême.

Vous savez, un fou qui saute à pieds joints dans le sable mouvant, juste pour montrer au reste de la planète, qu’il est capable, lui, de s’en sortir ! Bien s’était moi ça !

Et le pire dans tout ça, bien, c’est que c’était facile de m’en sortir. Je me sortais de tout ! Complètement tout ! Vraiment  ! Un jeu d’enfant.  Jamais rien de trop intense ou trop difficile pour moi. J’étais aussi un vrai caméléon. Je m’adaptais à tout !

Toujours besoin d’un nouveau challenge…

C’était naturellement mon ÉGO, qui à ce moment, avait toujours besoin d’un nouveau challenge pour se sentir bien vivant, bien vibrant et se faire des accroires dans la réalisation de l’irréalisable.  La vie a donc répondu à toutes ces demandes égoiques. J’en ai eu, non pas pour mon argent, mais pour mon orgueil !

J’ai donc exploré beaucoup, sous différentes formes et je vous épargne les détails. Mais, j’étais bénie ! Bénie et bien entourée sans en être consciente de l’être.  Ah, avec du recul, je le réalise maintenant ! La lumière a toujours été-là. Aux aguets, pas trop loin, à équilibrer mes créations, y mettre un peu plus de douceur, de la joie dans les moments difficiles.  Elle était là, à me réparer au fur et à mesure que je me brisais, à m’inviter au fur et à mesure que je m’isolais, me réconforter au fur et à mesure que je me blessais, comme une maman qui nous tient la main pour traverser et la rue, et la vie.

Elle me gardait bien en vue cette lumière. Elle n’attendait qu’un moment de faiblesse de mon très gros ÉGO pour secourir mon âme. Ce moment est venu. Un matin, la vie en a eu assez de mon manque de mon comportement et surtout, mon manque de patience.

La patience m’a fait signe… 

Elle a commencé par me faire signe. Elle s’y est pris tout doucement pour commencer mais, naturellement, je n’ai pas voulu l’entendre. J’ai fait la sourde oreille.  Elle a donc parlé un peu plus fort.  Je me suis à peine arrêté et j’ai repris de plus belle ma course en l’ignorant.

Alors, elle a mené vraiment beaucoup de tapage, elle m’a parlé très très fort et m’a même terriblement secouée. Elle m’a assez ébranlée pour s’assurer que je l’entende bien cette fois me parler de patience.  Je n’avais plus vraiment le choix. J’étais face au mur, sans aucune issue pour fuir.  Elle avait pris soin de bien me coincée. 

Elle m’a servi la leçon la plus appropriée à ce moment pour mon ÉGO… et dans plus d’un domaine à la fois. Elle n’avait pas vraiment le choix pour me faire taire, me calmer et me forcer à écouter.

Elle m’a donc fait passer par le sentiment d’impuissance, la leçon la plus difficile pour l’Égo. Sur pratiquement tous les niveaux de ma vie en même temps et dans une seule et même année. Décès d’un être cher, enfant qui vous ferme son cœur et décide d’aller habiter loin de vous, mon fidèle compagnon qui du passer par l’euthanasie pour alléger ses souffrances.  Ce n’est pas chose facile de voir partir à la dérive sa vie, totalement impuissante et réaliser qu’on est maintenant dans la cour des grands, l’université de la vie, que c’est du sérieux et qu’on a manqué à réviser ses leçons… 

Alors j’ai appris, j’ai développé, j’ai pratiqué, je me suis plantée solide. J’ai pleuré, j’ai bougonné, je me suis fâchée, j’ai crié, mais j’ai continué.  Je me suis relevée et j’ai recommencé.  Encore et encore, j’ai levé mes manches jusqu’aux coudes et j’ai marché le chemin. 

Il faut croire que mon âme a pu récupérer quelques faiblesses de mon ÉGO qu’elle a ensuite transformé en qualités de l’âme afin que mes expériences de vies servent à quelques choses et à un but plus élevé que de sauter à pieds joints dans le sable mouvant.

Les yeux emplis de larmes pour ensuite retrouver la paix…

Les leçons de patience ont donc choisies d’arriver dans ma vie en me remplissant pour commencer les yeux de larmes.  Ensuite, les larmes ont cessé après avoir pris bien soin de s’établir dans mon esprit par une sensation de paix intérieure. Les leçons de patience sont venues réveiller cet autre belle vertu qui est LA FOI, qui sommeillait pas trop loin, en moi.  Puis quand la FOI fût assez solide, la patience a pu s’en aller tout doucement pour s’assoupir et se reposer enfin.  Elle avait complété son mandat, soit me la faire acquiert et intégrer. 

La Patience est la clé d’une réalité époustouflante… Elle ouvre beaucoup de portes… Elle participe à la création de projets gigantesques. Elle nous ouvre les yeux sur le fondement de nos relations et tisse des liens qui deviennent incassable. Elle détermine également nos objectifs.

La patience, la vraie, bien elle s’accompagne d’une sensation de force et de paix. Elle suppose que nous ayons fait un grand travail intérieur, marché à la quête de la découverte de notre âme. Il faut aussi avoir acquis beaucoup en sagesse pour être enfin patient. Mais au bout de la patience, il y a le ciel.   Parce que vous savez pourquoi ? Dieu travaille lentement, très lentement. La précipitation ne vient pas de lui, elle en est bien loin.

Et si nous devenions plus patient ? On a tous besoin de patience dans nos vies. Et nos vies ont aussi besoin de patience. La patience devrait être autour de nous. Mais tellement en premier lieu en nous même ! 

Et vous ? Êtes-vous patient ?

JUST BE !     

Recommended Posts
Showing 2 comments
  • Cyril Jeau
    Répondre

    Pas science… Donc spirituelle ! Au de la du jeu de mots, je perçois la grandeur de la patience proportionnelle celle de la foi. Avoir foi que ce dont tu as vraiment besoin va arriver permet de patienter…
    L’erreur que je faisais (il y a trois secondes encore, avant que ton article me fasse réfléchir sur cette notion) c’est de placer Dieu ou l’Univers à mon service et qu’il me suffisait de demander et d’attendre… Sans bouger le petit doigt…
    Evidement je pourrais attendre encore longtemps. Et perdre patience !
    (Tu vois mon égo est pas costaud aussi)

    Il y a aussi la persévérance, la constance à faire quelque chose, à poursuivre son dessein, en cocréation avec l’Univers…

    Merci Chère Nathalie pour ton article !

    • Natalie Cote
      Répondre

      Coucou Cyril, wow, contente de te lire. J’aime bien ta manière de philosopher. Je suis contente que mon article ait pu te faire réfléchir, merci de me l’avoir partagé -) Ha ha ha ton égo est aussi sympa que ta personnalité puisses l’être.. C’est un beau mélange que de faire valser ensemble la patience, la Foi, la persévérance, la constance et aussi la co création. J’y vois une recette gagnante. Merci d’avoir pris le temps de commenter, j’apprécies énormément. 😉

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contactez-moi !

Laissez-moi vos coordonnées ici et il me fera plaisir de vous transmettre mes nouveautés dès publications... N'hésitez pas à me faire parvenir également vos questionnements...

Not readable? Change text. captcha txt